COVID-19

Bien que la COVID-19 ne touche pas seulement la communauté GBTQ2S, il y a des façons dont la pandémie au Canada et en Ontario nous touche de façon distincte. Nous avons créé cette page pour couvrir certaines de ces façons et pour vous diriger vers des ressources qui pourraient être utiles.

Dans notre communauté, les hommes cis et trans gais, bisexuels, queers et bispirituels ont l’habitude d’être exclus ou traités différemment par les gouvernements et les autorités de santé publique. Bien qu’une grande partie de cette discrimination était (et est encore) fondée sur des stéréotypes, sur l’homophobie/transphobie et le colonialisme, elle est aussi basée sur l’incompréhension ou  le manque de reconnaissance des différences qui existent dans nos communautés. Lorsque ces messages ne s’adressent pas directement à nous et aux défis auxquels nous sommes confrontés, il devient plus facile pour certains d’entre nous de les ignorer.

La communauté GBTQ2S a un long passé avec un monde complexe de choix sexuels. Cela a été vrai tout au long de l’épidémie du VIH/sida et ça l’est encore avec cette nouvelle pandémie. Nos communautés et nos choix individuels sont complexes et nos vies sont souvent compliquées. Il n’y a pas qu’un seul bon choix qui s’applique à nous tous, mais il y a des choses que nous devons tous savoir lorsque vient le temps de choisir parmi les options qui s’offrent à nous. Le plus important, c’est de comprendre que cette pandémie est réelle, elle peut être mortelle, et il nous faut tous faire de notre mieux pour aider à protéger le plus grand nombre possible de personnes, y compris soi-même.

En bout de ligne, nous sommes tous responsables de nos propres actions et de leurs conséquences. Nous espérons que ces informations vous aideront à faire de bons choix et à vous garder en sécurité et connecté tout au long de cette situation imprévisible et en constante évolution.

Nous ferons la mise à jour de cette page à jour lorsque de nouvelles informations seront disponibles. Si vous trouvez une ressource ou une information qui pourrait être utile, veuillez s.v.p. nous en informer.

Sexe pendant une pandémie

La COVID-19 n’est pas une infection transmise sexuellement, mais elle est très contagieuse et peut être transmise par gouttelettes (comme la salive ou le mucus) si vous êtes en contact étroit avec quelqu’un. Donc, si vous êtes assez proche pour baiser, vous êtes assez proche pour transmettre la COVID-19.

Alternatives aux baises :

Il existe de nombreuses façons de s’amuser pendant que vous vous isolez :

  • Explorez le plaisir en solo — masturbez-vous, utilisez des jouets sexuels, regardez (ou écoutez ou lisez) de la porno.
  • Le sexting, le sexe au téléphone et par vidéo (le « camming »).
  • Faites l’amour avec quelqu’un avec qui vous vivez (si vous êtes tous les deux intéressés, bien sûr).
  • Créez une « bulle partagée » avec un seul autre groupe de personnes vivant à la même adresse (voir la section sur l’isolement ci-dessus).

Puis-je la contracter par bouffer le cul?

L’ARN de la COVID-19 (les éléments qui constituent le virus) ont été trouvés dans des échantillons de selles (marde) des personnes qui ont le virus. Mais jusqu’à présent, aucun virus infectieux n’a été trouvé et aucun cas de transmission par bouffer le cul n’a été signalé.

De tout façon, si vous êtes assez près de la personne pour bouffer le cul, vous êtes suffisamment près pour contracter le virus par des gouttelettes du nez, de la bouche ou des yeux.

Dois-je utiliser des condoms?

Si vous êtes assez proche pour avoir des relations sexuelles, vous êtes assez proche pour transmettre la COVID-19, donc les condoms ne feront aucune différence.

MAIS ce n’est pas le moment idéal pour contracter une ITS (comme s’il y avait un bon moment…). À l’heure actuelle, des changements sont en cours dans les méthodes de dépistage et de traitement du VIH et des ITS. Les responsables de la santé publique se concentrent présentement sur la pandémie de la COVID-19, y compris les infirmièr(e)s qui pourraient avoir fourni des soins de santé sexuelle.  Utilisez vos stratégies de santé sexuelle habituelles comme la PrEP, les condoms et le maintien d’une charge virale indétectable (I = I). Et bien sûr, les condoms demeurent efficaces pour limiter la propagation d’autres ITS (oui, même si vous êtes sur la PrEP!).

Si vous ressentez des symptômes d’une ITS ou si vous avez eu des relations sexuelles avec une personne qui a subi un test positif pour une ITS, communiquez avec votre fournisseur habituel de services de santé ou avec votre autorité de santé publique locale. La Ligne d’information sur la santé sexuelle en Ontario est actuellement fermée en raison de la COVID-19.

Je vis seul et je ne peux pas gérer l’isolement. Qu’est-ce que je fais?

La solitude est très réelle et lorsque les espaces sociaux sont fermés, l’isolement peut avoir des effets assez graves.

Bien que la principale demande des trois paliers de gouvernements soit de rester à la maison, cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas interagir avec les gens.  En plus de communiquer en ligne et par téléphone, c’est bien de parler à distance avec tes voisins et amis (deux mètres ou plus) dehors mais pas en groupe de plus de cinq personnes.

Le but de toutes ces directives, c’est de réduire la probabilité de transmission de la COVID-19, alors veillez à bien les respecter.

La « bulle partagée »

Si vous vivez seul, il est également possible de prendre un arrangement avec une autre personne qui vit également seule. En Nouvelle-Zélande, ils appellent cette approche la « bulle partagée » et elle est censée être une boucle fermée d’interaction. Donc, si vous vivez seul et que vous vous isolez et que vous choisissez de vivre avec quelqu’un d’autre qui est également en isolement, alors vous devenez effectivement une unité confinée. Si vous allez et venez entre vos deux domiciles, prenez toutes les précautions habituelles, y compris le lavage approprié des mains. Ce type d’arrangement ne fonctionne que s’il y a ouverture, honnêteté, communication et confiance.

Si vous avez un partenaire avec lequel vous ne vivez pas (ou un « fuck friend » régulier), cette approche de « bulle partagée » pourrait être un moyen pour vous de gérer l’isolement dans les semaines et les mois à venir. Sachez que plus il y a de personnes impliquées (y compris les colocataires d’un partenaire), plus le risque de transmission de la COVID-19 est élevé.

L’usage de drogues / chemsex en cas de pandémie

En ce moment, il est très important pour les consommateurs de drogues d’être très prudents. Si vous consommez seul, le risque de surdose est très élevé. Si vous consommez avec d’autres, vous pouvez contracter ou transmettre la COVID-19. Si vous êtes sur le point de consommer des drogues, vous pouvez appeler la ligne de prévention de surdose au 1-888-853-8542 et un intervenant restera en ligne avec vous pendant que vous consommez des drogues.

Vous pouvez également décider de prendre ce temps pour réduire ou arrêter votre consommation. Si c’est quelque chose que vous envisagez, communiquez avec un professionnel de la santé pour obtenir des conseils sur la meilleure façon de réduire votre consommation en toute sécurité. Si vous consommez des drogues pendant la pandémie, suivez ces directives pour réduire les méfaits et le risque de transmission :

Lavez vos mains :
Faites-le vigoureusement avec du savon et de l’eau chaude pendant au moins 20 secondes (ou plus longtemps si vous le pouvez) chaque fois que vous entrez en contact avec d’autres personnes, après avoir pris le transport en commun ou un taxi, après avoir manipulé de l’argent et après avoir consommé. Utilisez des serviettes jetables pour vous sécher les mains, ou sinon utilisez une serviette propre. Si vous n’avez pas accès à du savon et de l’eau chaude, un désinfectant pour les mains à base d’alcool est la meilleure solution.

Ne partagez pas :
Partager le matériel pour consommer augmente le risque de transmission de la COVID-19. Cela peut être une pipe, un bong, un vape ou un joint,  des tubes pour le nez et tout le matériel d’injection, y compris : eau stérilisée, filtres, lingettes, attaches, etc.

Vous êtes en thérapie agoniste opioïde/méthadone/suboxone?
Afin de vous assurer d’avoir une réserve suffisante si vous êtes en TAR ou si vous prenez des opioïdes prescrits, demandez à votre médecin si vous pouvez obtenir une ordonnance prolongée d’un mois. Demandez si vous pouvez sauter des rendez-vous et des tests d’urine pendant au moins un mois.

Faites une réserve de matériel pour la consommation de drogues :
Obtenez suffisamment de matériel pour vous durer au moins 3-4 semaines (ou plus si vous êtes à haut risque d’infection de la COVID-19 et si votre programme vous le permet), pourvu qu’il soit sécuritaire pour vous de le faire et d’avoir cette quantité à votre disposition. Faites également le plein de Naloxone.

Préparez vous-même vos drogues :
Préparez toujours vous-même vos drogues, ne touchez pas et ne manipulez pas l’équipement et/ou les drogues des autres et ne les laissez pas toucher aux vôtres.

Évitez de mettre des sacs ou emballages de drogue dans la bouche, le trou frontal/vagin ou l’anus :
Si vous dissimuler de la drogue dans votre corps, nettoyez vigoureusement l’emballage avec un nettoyant à base d’alcool avant de l’insérer en vous et après l’avoir retiré. Si vous l’avez transportée dans votre bouche, utilisez un rince-bouche à base d’alcool par la suite.

Soyez prêt à subir un sevrage involontaire :
Si votre ou vos fournisseurs/pushers tombent malades ou ne peuvent pas vous rencontrer pour quelque raison que ce soit, ayez un plan B et assurez-vous d’avoir tout ce qu’il vous faut (drogues, aliments et boissons) lors de votre sevrage. Des mesures semblables peuvent être prises par ceux qui consomment d’autres drogues ou médicaments.

Le VIH et la COVID-19

D’après ce que nous savons jusqu’à présent, les personnes séropositives qui sont en traitement et qui ne sont pas détectables ou qui sont en bonne santé ne courent pas de risque accru de contracter la COVID-19.

Les personnes séropositives qui n’ont pas été diagnostiquées ou qui ne suivent pas de traitement, ou celles qui ont un faible taux de CD4 courent un risque beaucoup plus élevé de complications liées à la COVID-19.

Pour en savoir plus sur la COVID-19 et le VIH ou l’hépatite C, visitez CATIE.ca.

Démarrage, arrêt et renouvellement de la PrEP

La PrEP n’est pas un outil de traitement ou de prévention efficace pour la COVID-19. Cependant, il s’agit toujours d’un outil de prévention très efficace pour la prévention du VIH.

Si vous utilisez présentement la PrEP et avez besoin d’un renouvellement, communiquez avec votre médecin ou votre fournisseur de services de santé dès que possible. Lorsque vous ferez remplir votre ordonnance, n’oubliez pas que plusieurs pharmacies en Ontario ne distribuent qu’un seul mois de médicaments à la fois pour gérer l’approvisionnement.

Certains d’entre nous qui utilisent la PrEP et qui n’ont pas de relations sexuelles, profitent de ce temps pour prendre une pause. Si vous envisagez prendre une pause de la PrEP, assurez-vous d’en arrêter et d’en redémarrer correctement l’utilisation.

Si vous êtes un homme cis, continuez à prendre la PrEP deux jours après votre dernière relation sexuelle. Si vous êtes un homme trans, continuez de prendre la PrEP sept jours après votre dernière relation sexuelle.

Pour recommencer à utiliser la PrEP, vous pouvez la reprendre comme d’habitude si vous n’avez pas eu de relations sexuelles depuis votre dernière dose de PrEP.

Pour les hommes cis, si vous prévoyez avoir une relation sexuelle maintenant mais que vous n’avez pas pris votre dose quotidienne,  vous pouvez doubler dose (prendre deux comprimés) de PrEP deux à 24 heures avant la relation sexuelle. Après, continuez avec votre dose quotidienne — il est très important de continuer à prendre votre dose habituelle après une relation sexuelle.

Pour les hommes trans, vous devrez prendre une dose quotidienne de PrEP sept jours avant d’avoir des relations sexuelles afin d’avoir une protection appropriée pour le trou frontal/vagin. Après cela, continuez avec une dose quotidienne —  il est très important de continuer à prendre votre dose habituelle après une relation sexuelle.

Si vous avez eu des relations sexuelles après avoir cessé de prendre la PrEP et que vous avez pu être exposé au VIH, vous devriez subir un test de dépistage du VIH avant de recommencer la PrEP. Communiquez avec votre centre de dépistage habituel ou avec votre service de santé publique local pour savoir où effectuer un test de dépistage du VIH.

Trouvez plus d’informations sur le site de PrEP en Ontario.

Info pour les travailleurs de l’industrie du sexe

Des centaines de milliers de Canadiens sont maintenant sans emploi à la suite des fermetures liées à la COVID-19. Les travailleurs du sexe ne font pas exception à cette règle, étant donné la nature de leur travail qui les expose à un risque très élevé de contracter ou de transmettre le virus.

Beaucoup de gens sont aux prises avec des annulations et des problèmes de revenu très réels. Certains travailleurs du sexe se sont branchés à Internet ou ont trouvé d’autres moyens de contacter leurs clients et en créant leurs propres services vidéo par abonnement.

Des organisations comme Maggie’s à Toronto coordonnent le soutien disponible aux travailleurs du sexe, y compris un fonds communautaire et un guide de ressources [en anglais seulement].

Si « rester chez soi » n’est pas sécuritaire

La demande mondiale de « rester chez soi » est l’un des moyens les plus efficaces pour freiner la propagation de la COVID-19. Mais pour les hommes GBTQ2S, l’endroit où nous vivons n’est pas toujours sécuritaire. Souvent, c’est parce que nous vivons avec des membres de la famille ou des colocs agressifs ou que nous vivons dans un logement précaire ou temporaire. L’isolement a un impact plus important sur vous lorsque votre espace de vie n’est pas sûr ou stable. N’hésitez pas à communiquer avec les autres si vous avez besoin d’aide.

S’aider les uns les autres

C’est fou ce qui se passe en ce moment. Pour beaucoup d’entre nous, c’est la première fois que nous faisons face à une telle perturbation de notre vie quotidienne. Cela peut être difficile à gérer et nos mécanismes de défense habituels peuvent ne pas fonctionner. Les gens vivent du chagrin, de l’anxiété, de la dépression et de la solitude. Mais nous voyons également déferler une énorme vague d’amour et de soutien, particulièrement en ligne.

Comme tout dans notre société, cela a une très grosse incidence sur les gens les plus vulnérables de nos communautés :

  • ceux qui font du travail par postes, à contrat ou dans l’industrie du sexe;
  • ceux qui travaillent dans des services « essentiels » et qui n’ont pas de congés de maladie payés;
  • ceux qui n’ont pas les moyens de faire des provisions de nourriture pour plusieurs semaines;
  • ceux qui doivent fréquenter des espaces publics tels les bibliothèques ou les centres communautaires;
  • ceux qui consomment des drogues et qui risquent de ne plus avoir accès aux services communautaires;
  • ceux qui sont dans des relations abusives ou qui vivent dans des logements temporaires; et
  • toute personne aux prises avec la dépression ou la solitude.

Prenez soin de vous. Prenez soin des autres.

Faites ce que vous devez faire pour prendre soin de vous pendant cette période. Tendez la main aux autres si vous avez du mal. Si vous êtes en crise et ne savez pas où aller, contactez la Ligne texto Jeunesse, J’écoute.

Voici d’autres conseils pour passer au travers :

  • Partagez un repas avec des amis ou des membres de votre famille par vidéoconférence.
  • Prenez des nouvelles de votre entourage (pas seulement sur les médias sociaux).
  • Soyez généreux et empathique envers les gens qui sont seuls.
  • Si vous avez suffisamment de nourriture et de ressources, assurez-vous que ceux qui vous entourent en aient également.
  • Offrez votre aide pour commander ou livrer de la nourriture ou des provisions à vos amis et voisins.

Qu’est-ce que la COVID-19?

La COVID-19 est une infection respiratoire causée par un nouveau coronavirus qu’on appelle syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-Cov-2). Les symptômes peuvent prendre jusqu’à 14 jours pour commencer et peuvent durer plusieurs semaines.

Symptômes courants :

  • Fièvre
  • Fatigue
  • Toux sèche
  • Difficultés respiratoires
  • Pneumonie dans les deux poumons

La plupart des gens ressentent des symptômes légers à modérés, mais certains n’en ressentent pas du tout.

D’autres personnes peuvent développer des complications plus sévères et un faible pourcentage de gens doivent être hospitalisés. Des cas plus graves peuvent entraîner la mort.

Comment se propage la COVID-19?

Les risques de contagion de la COVID-19 sont plus élevés en début d’infection, avant la production d’anticorps ou l’apparition de symptômes. Elle se propage par gouttelettes (par exemple, en éternuant, en toussant ou en embrassant quelqu’un), et elle est très contagieuse.

Le plus grand facteur de transmission, c’est la proximité avec les autres. C’est pourquoi les spécialistes de maladies infectieuses et les médecins disent aux gens de s’éloigner physiquement des autres et de rester à la maison le plus possible.

Il est également possible que le virus reste sur des surfaces [en anglais seulement] à l’extérieur du corps pendant un certain temps — si quelqu’un tousse ou éternue, le virus peut se transmettre par gouttelettes dans l’air, ou si une personne infectée touche une surface comme une poignée de porte ou un interrupteur. C’est pourquoi tout le monde doit se laver les mains avec du savon fréquemment et tousser/éternuer dans un mouchoir ou dans votre coude.

Qui est le plus à risque?

Étant une maladie respiratoire, la COVID-19 peut provoquer des complications ou des symptômes plus graves chez certaines personnes :

  • Les personnes âgées (particulièrement les 65 ans et plus)
  • Les fumeurs (si vous cherchiez une bonne raison pour cesser de fumer, la voici)
  • Les personnes atteintes d’affections médicales sous-jacentes
  • Les personnes atteintes du VIH avec un faible taux de CD4
  • Les personnes ayant un accès limité aux services de santé publique

Et si je tombe malade?

Si vous pensez avoir la COVID-19, la première chose que vous devez faire est de compléter l’auto-évaluation du gouvernement de l’Ontario. La seule façon de savoir avec certitude si vous avez la COVID-19 est en faisant un test de dépistage. Une fois l’auto-évaluation effectuée, vous devriez appeler votre fournisseur de soins de santé primaire ou, s’il n’est pas disponible (ou si vous n’avez pas de fournisseur régulier), appelez Télésanté Ontario au 1-866-797-0000 (ATS : 1-866-797-0007). Si Télésanté Ontario n’est pas disponible, vous pouvez également communiquer avec votre autorité de santé publique régionale.

Où puis-je trouver plus d’informations et de recherches sur la COVID-19?

De nouvelles informations et recherches sont publiées quotidiennement sur ce nouveau virus. Pour trouver les informations les plus récentes selon l’endroit où vous vivez, visitez :

Pour trouver les recherches scientifiques les plus récentes, visitez :

Pour plus d’information sur la COVID-19 et le VIH ou l’hépatite C, visitez CATIE.ca.

Pourquoi l’éloignement social?

La distanciation ou l’éloignement social est le moyen le plus efficace pour ralentir la propagation du virus. En raison de la rapidité de la propagation, de la gravité des symptômes et de la rapidité avec laquelle les complications peuvent se développer, les hôpitaux et d’autres établissements de soins peuvent facilement être submergés. Cela signifie ne pas avoir suffisamment d’espace ou de ressources à la fois pour les personnes atteintes de la COVID-19 et pour toute autre personne ayant besoin de soins.

Dans les endroits qui ont connu un pic de propagation, y compris en Iran, en Italie et à New York, les conséquences ont été considérables, avec des taux de mortalité inutilement élevés.

En fin de compte, les mesures que nous prenons maintenant sont comme un acte d’amour mondial— faire tout ce que nous pouvons pour réduire le nombre de décès reliés à la COVID-19 et aider les travailleurs de première ligne à gérer la situation.

Ressources :